Reconnaissance identitaire et mouvement coopératif dans l’expérience des Inuit du Nunavik

Merrien, A.-M. (2021). Reconnaissance identitaire et mouvement coopératif dans l'expérience des Inuit du Nunavik. Thèse (Ph.D.) en Sciences humaines appliquées, Université de Montréal.

Gold Theme

Cette thèse étudie l’expérience des 14 coopératives de consommateurs multi-services du Nunavik et de leur fédération, la Fédération des coopératives du Nouveau-Québec (FCNQ). Elle permet de comprendre leur contribution à la reconnaissance identitaire et culturelle des personnes et des collectivités touchées par leurs activités. S'appuyant sur une soixantaine d’entretiens semi-dirigés et plusieurs séjours sur place, cette thèse rend compte de l’imbrication des besoins et aspirations des membres et offre des précisions de définitions quant à ces deux termes centraux aux théories coopératives. De l’expérience des coopératives du Nunavik, on peut dégager le constat que la prise en compte profonde et concomitante des trois mouvements coopératifs (mouvement de pensée, mouvement social et mouvement d’entreprise) produit une reconnaissance identitaire des personnes et des collectivités. Les coopératives constituent un moyen et un lieu de reconnaissance affective (par la réponse aux besoins de base et la mise en place d’un lieu de rencontre), de reconnaissance juridique (par le biais des principes démocratiques, de responsabilisation et des valeurs d’égalité et d’équité) et de reconnaissance des particularités et compétences (par la participation de chacun à la réalisation d’une mission commune et les activités d’éducation et de formation). Ultimement, elles permettent aux individus et aux collectivités d’exercer leur liberté sociale et d’assurer le respect de leur dignité.